Mattel : nous exigeons des mesures concrètes
 
Ce message ne s’affiche pas correctement ? Essayez la version en ligne
 
 
Ouvrière infiltrée dans une usine Mattel pour notre rapport de 2019. Elle avait témoigné sous couvert d'anonymat pour dénoncer les conditions de travail et le climat de harcèlement sexuel qui y régnait.
Notre dernier rapport accable à nouveau la multinationale.
 


Il y a quelques mois, nous avons publié avec nos partenaires China Labor Watch et Solidar Suisse un rapport d’enquête sur les violations des droits des ouvrières dans les usines chinoises de Barbie.

Remarques sexuelles, attouchements et diffusion de photos humiliantes sans réaction adéquate de la direction des usines... les faits observés témoignent de la banalisation des violences sexistes et sexuelles chez Mattel.

En France, ce rapport a notamment fait l’objet d’articles dans Mediapart, Capital, Madmoizelle, Au féminin et Terra Femina. Près de 9 000 personnes ont interpellé directement le PDG de Mattel France pour lui demander de prendre des mesures contre l'impunité.

En effet, les mesures de prévention ou de sanction existantes sont inefficaces. Le "code de conduite" du groupe est trop vague, ce qui ne permet pas de sanctionner le harcèlement sexuel.

Sur place, nos enquêtrices n'ont à aucun moment reçu les formations mentionnées, et quelques semaines de contrat ont suffi pour les confronter à des comportements inacceptables. Enfin, la ligne téléphonique ne semblait pas garantir l'anonymat des plaignantes alors qu’il s’agit d’une condition essentielle de son efficacité.

La réponse de Mattel : un coup de com' ?

Le lendemain de la publication du rapport, Mattel a réagi :

« Mattel ne tolère aucune forme de harcèlement et nous sommes engagés à faire en sorte que chacun de nos collaborateurs, y compris ceux travaillant dans nos usines, soit traité avec équité et respect.

Nous suivons un Code de Conduite strict. Sur nos sites de production en Chine, nous organisons des formations contre le harcèlement, formons nos collaborateurs au processus de signalement de problèmes sur le lieu de travail, et disposons également d’un service d’assistance téléphonique permettant à nos collaborateurs de signaler de façon anonyme tout harcèlement, ou autres réclamations. […]


Nous prenons ces allégations très au sérieux et allons conduire une enquête approfondie afin de nous assurer que nous continuons à apporter un environnement de travail sûr à nos collaborateurs. »

Une telle réponse pouvait laisser penser que Mattel allait enfin prendre au sérieux les résultats de nos enquêtes. Tout en nous réjouissant de cette annonce, nous avons rappelé à la multinationale ses défaillances actuelles.

Avec nos partenaires, nous exigeons que Mattel dresse un état des lieux des faits de harcèlement sexuel et des facteurs de risques dans toutes ses usines et sur toute sa chaîne d’approvisionnement, rende publiques non seulement les conclusions de l'enquête mais aussi la méthode employée, et présente des mesures correctives.





Toujours aucune transparence


Sans répondre précisément à nos demandes, Mattel nous a affirmé que les résultats de l’enquête interne seraient disponibles fin février... Sans nouvelle, nous avons repris contact avec Mattel début mars et nous avons insisté pour obtenir une réponse claire. Nous avons alors obtenu une réponse tout à fait insatisfaisante.

L'entreprise n'a pas voulu fournir le moindre détail sur l’enquête interne et les mesures prises.

Nous devrions nous satisfaire entièrement de leur engagement selon lequel « Mattel s’engage en faveur d’une amélioration constante de notre programme pour une acquisition et une chaîne de production responsables et nous allons tenir compte de toutes les recommandations proposées dans notre procédure »... alors que les abus constatés chez Mattel sont connus depuis des années !

N'en restons pas là.​​​​​ Nous préparons de nouvelles actions pour rappeler ses engagements à Mattel. Aidez-nous à financer la poursuite cette campagne !


JE POURSUIS LE COMBAT

 
Auchan, Yves Rocher, Samsung, Mattel...
Aux côtés de celles et ceux qui travaillent dans leurs chaînes d'approvisionnement, nous mettons ces entreprises face à leur responsabilités.
 


Nous venons de rappeler à Mattel notre exigence de transparence, seule à même de garantir l’efficacité des mesures prises contre les violences sexistes et sexuelles dans la chaîne d’approvisionnement du groupe.

Nous exigeons que Mattel nous démontre des améliorations concrètes :

  • sanction claire du harcèlement sexuel, enquêtes sérieuses sur les problèmes rencontrés dans les usines Mattel et publicité des résultats,
  • mécanismes de réclamation fiables qui protègent l'identité des femmes concernées,
  • modification de la culture d'entreprise où les agressions sont monnaie courante : normes claires, formation indépendante et vérification sur place.

​​​​​​​Des millions de femmes se battent pour être respectées. Soyez à leurs côtés !
​​​​​​​
JE FAIS UN DON
 
 
Donner, c'est
 
 
 
DÉNONCER

sur le terrain pour révéler les abus


​​​​​​​+
 
INTERPELLER

les gouvernements et les multinationales


​​​​​​​+

 
 
 
RENFORCER

les organisations et les mouvements de défenseurs de droits

​​​​​​​+

 
INFLUENCER

les politique publiques et faire évoluer les pratiques

​​​​​​​+
 

 
Crédit photographique : BRUT, 2019

Pour vous désinscrire de notre liste de difusion, veuillez cliquer ici

ActionAid France est une association de solidarité internationale régie par la loi de 1901 et reconnue d’utilité publique. Céée en 1983, elle a rejoint la fédération internationale ActionAid en 2009.
Notre mission : soutenir celles et ceux qui se mobilisent pour leurs droits économiques, sociaux et culturels en France et dans le monde, et nous attaquer aux causes de la pauvreté.